6 commentaires sur “S’il n’y avait que les feuilles mortes…

  1. Pierre,
    Il y a pourtant beaucoup de différences entre les feuilles qui se trouvent dans les premières photos et les poubelles de notre modernisme qui les suivent.
    Les feuilles apportent l’humus. http://fr.wikipedia.org/wiki/Humus
    Le plastique la désolation.
    Un conseil, allez plus près du sol, non, encore plus près…
    trouvez les champignons.
    Je peux vous apporter quelques photos sur le sujet.
    C’est passionnant, même si on n’en mange pas, qu’on ne veuille pas en connaître les noms.
    Je vous y attends.

  2. Pierre,

    Les feuilles d’automne ont un côté poétique, sèches ou mouillées. Déposer son regard à terre sur les feuilles est le signe que nous changeons bientôt de saison, pour plusieurs mois chez vous, hélas. Bien sûr, un coup de balai s’impose lorsque les feuilles viennent mourir devant notre porte et si l’on regarde de près une araignée, on peut voir l’immense travail de tisser sa toile. C’est le côté joli de la nature.

    Le côté triste est celui de voir tous ces débarras sur les trottoirs.
    Je ne sais pas si chez vous, il existe un jour dans le mois de débarras sur les trottoirs. Chez nous, c’est un jour par mois et l’on peut voir des canapés, des matelas, des cuisinières, des lampes etc… très souvent en mauvais état et qui font le bonheur des démunis mais ils doivent se lever tôt.

    J’aime beaucoup la dernière photo!

    Bonne soirée et amitié!

    Bon dimanche, Pierre.

  3. Je viens de tomber sur ton blog. Quel plaisir à regarder ! De très chouettes photos qui donnent envie de venir découvrir la ville !

    Bonne continuation
    Geoffrey, un lecteur belge

  4. L’enfoiré

    Je vous sais un excellent observateur du sol et de ses richesses. Il suffit pour le constater de cliquer sur le lien proposé. Vous le savez bien. La pluie me paralyse. Elle restreint mes mouvements. Je voudrais bien me lancer sous la pluie avec témérité mais le fait de porter un équipement de photos assez lourd me restreint 😦

    Denise

    Je me doutais bien que votre sens poétique l’emporterait sur mon côté un peu pessimiste des choses. Vous le décrivez bien. En ce qui concerne ces amas de lampes, de matelas, de cuisinières, sur les trottoirs, c’est le lot des grandes villes, je crois. Il faut s’y faire. Je voudrais par cette image montrer que Montréal n’est pas une exception. Nous avons nos côtés un peu vilains nous aussi. En effet, la dernière photo montre un certain espoir d’aller plus loin et de dépasser la quotidienneté urbaine. 😉

    Geo

    D’abord je suis très heureux de vous accueillir sur ce modeste blogue. Et si je peux vous communiquer un petit peu l’accent montréalais, j’en serai très heureux 😉 Amitiés

    Pierre R.

  5. Pingback: Bloguer ou ne pas bloguer » Kilari à Hovden

  6. Hélas! en effet, il n’y a pas que des feuilles mortes sur le sol.
    Je pensais justement faire quelques photos où on verrait entremêlés à celles-ci des gobelets vides, des emballages de toutes sortes, des papiers de toutes les couleurs.

    Faudra que j’y songe!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s