14 commentaires sur “Les nids improvisés de l’hiver

  1. Chère Lali

    Je crois bien que vous avez raison. Je me laisse gagner par ces manifestations quelque peu spéciales que nous envoie cette saison. Et j’ai bien aimé ces nids de neige qui se forment sur des branches fragiles ou au creux de certaines autres. Force est d’admettre que cet amusement me contraint à plus de discipline et à un plus grand sens de l’observation 😉

    Pierre R.

  2. Il est évident et cela ressort de vos photos le plaisir que vous prenez. Et le plaisir est un jeu dangereux qui nous donne des ailles et nous offre, a chaque voyage, un regard émerveillé sur le monde.

    J’ai un mot pour vos photos. C’est « princier », ou alors « royal »… J’hésite.

    Chapeau bas, l’artiste.

  3. En ce dimanche tout blanc en France il est juste de venir faire un tour chez vous, je me sens presque en pays de connaissance, quelques oiseaux ce matin parcouraient ma terrasse à la recherche de quelques graines cachées sous la neige
    C’est Lali et Armando qui m’ont fait voyagé jusqu’ici et j’en suis fort heureuse
    Je me suis permis de mettre votre blog dans une petite carte aux trésors réservée à mes découvertes
    bon dimanche

  4. Pierre,
    Hier, il y avait les Années bonheur à la télé http://www.programme.tv/les-annees-bonheur-2447055.php
    Vous vous rendez compte que j’ai pensé à vous quand Gilles Vigneault est venu changer « Mon pays, ce n’est pas un pays ».
    Je ne connaissais pas les couplets. Difficile à chanter, cette chanson.

    Garou rappelait aussi que l’accent de chez vous est toujours là.

    Mais puisque vous parlez de la neige, j’ai cherché un poème qui irait dans le cadre.
    Et j’ai trouvé un poème d’Anne Hébert, auteure… québécoise comme il se doit:
    http://www.moncoindejardin.ca/99hiver.htm

  5. Fifi

    Je vous remercie de votre charmante compagnie 😉

    Armando

    Venant d’un connaisseur, vous me voyez tout gêné. Votre commentaire me démontre que j’évolue. Ce que je ne maitrise pas à fond, je l’acquiers par la patience et la ténacité. Lorsqu’il fait -20 à l’extérieur, je reviens chez moi pour me réchauffer. Et votre commentaire est comme une braise dans un foyer. On s’y colle pour retrouver un peu de chaleur. Merci.

    Dominique

    J’ai retrouvé dans ces villages qu’aime Tourguéniev, si bien documentés sur votre blogue, ces villages nordiques du Québec, ces villages au nord du 45ième parallèle. Quelle belle place vous faites à l’auteur russe lorsque vous le citez : « Moi, pour travailler, il me faut l’hiver, une gelée comme nous en avons en Russie, un froid astringent, avec des arbres chargés de cristaux..  ». Magnifique.

    Chantal

    Il était bien conseillé avec une épouse comme Josette qui est née au Québec. Le Royaume du Nord est une fresque monumentale qui se rappelle la profonde connaissance de Bernard Clavel. Il faut avoir suivi la famille Robillard qui quitter sa région pour ouvrir un magasin général en Abitibi-Témiscamingue. Les froids du Nord y sont très présents 😉

    L’enfoiré

    En effet, la chanson de Vigneault appartient à une poésie qui lui est propre. Je constate que le Québec était bien représenté : Garou et Gilles vigneault. Il est vrai que l’accent local, notre langue verculaire, est toujours présente et que sa poésie nous fait honneur. Des artistes de la relève comme Fred Pellerin sont des magiciens des mots et rendent le français québécois atypique. 😉

    Merci pour ce beau poème d’Anne Hébert. Cette poétesse a accompagné beaucoup d’heures de mon adolescence, ainsi que son cousin Hector de Saint-Denys-Garneau.

    RV

    Merci. J’aime bien aussi la photo no 06. Sans oublier pour autant mon petit ami, l’écureuil. 😉

    Pierre R.

  6. Pierre,

    Chaque jour, c’est un émerveillement de voir vos sublimes photos.

    Ces « nids » déposés par dame nature sont doux comme un souffle et vaporeux à souhait. Notre rêve est que ces nids douillets restent toujours ainsi. La nature nous offre tant de beaux tableaux!

    La photo de l’oiseau est magnifique et j’aime beaucoup celle de votre petit écureuil qui aurait bien besoin de chaleur.

    Merci Pierre pour le partage de vos coups de coeur légers, légers comme des flocons.

    Amitiés

  7. Denise

    Vous le savez comme moi. Il faut une dose de chance et dix livres d’efforts pour dénicher ces perles. Au retour de ma quête, je me demandais bien quel traitement j’allais donner à ces photos. Je constate que le résultat est bien. Je suis heureux des commentaires. 😉

    Petit Poucet rêveur

    D’abord, quel beau nom. Vous l’ai-je déjà dit? Oui elle est poétique à souhait. Elle montre bien le poids de la légèreté 😉

    Pierre R.

  8. Pingback: Bloguer ou ne pas bloguer » Ziyi goes to New Orleans

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s