10 commentaires sur “Au fond de l’inconnu pour trouver du nouveau

  1. Pierre

    Superbes photos avec tous ces bourdons qui se régalent. 😉

    Bonjour Denise

    Je suis désolée de mon retard, je tiens à vous souhaiter une bonne fête nationale!

    Je pense souvent à vous! Dommage que cette distance terrestre nous sépare, mais heureusement internet existe. Grâce au blogue de Pierre, j’ai rencontré une belle personne. Merci d’être complice de mes petits rendez-vous imaginaires.

    Passez une très belle journée!

    Mes amitiés 😉

  2. Pierre

    Je me promène avec délice dans ce beau jardin féerique parmi toutes ces beautés de fleurs et au bord de l’étang pour admirer les nénuphars. Mon regard va d’une fleur à l’autre… Je ne touche pas, promis 😉 Je retiens même ma respiration en regardant les superbes bourdons au travail… sourire!

    Toutes vos photos, accompagnées des très belles citations de Charles Baudelaire, sont un bien joli cadeau. Magnifique choix.

    Vos fleurs sont une poésie.

    Merci Pierre 😉

    Bonjour Frisson

    Ne soyez surtout pas désolée! J’apprécie beaucoup vos souhaits concernant notre fête nationale.
    J’imagine que nous avons tous beaucoup de travail et les jours passent trop vite 😉

    Comme vous le dites, Frisson, il y a internet. C’est toujours un plaisir d’échanger quelques mots avec une gentille personne éloignée. Je remercie infiniment Pierre d’accepter nos petits mots.

    Recevez mes pensées et mes amitiés 😉

  3. « Les petites bêtes ne mangent pas les grosses bêtes » disait ma mère. Peut-être bien… mais elles ont une passion dévorante pour les fleurs, et il est bien agréable de trouver ici ces scènes dont vous avez été le témoin privilégié!

  4. Pierre,
    J’aime beaucoup Baudelaire.
    Il a fait partie de ma jeunesse.
    Aller au fond de l’inconnu, quel beau projet.
    L’inconnu, il faut désormais le découvrir au travers du virtuel ou du réel.
    Avec une frontière tellement fine entre les deux, cela donne des idées.
    Au risque de me répéter, photos du tonnerre…

    • L’enfoiré

      Nous avons tant de choses en commun. Merci

      J’ai aimé ce passage de votre chronique :

      Un enfant vivant dans un désert d’Afrique dit, souriant, qu’il ne veut pas aller à la ville, parce qu’il est bien, que la ville est trop grande, et qu’on ne trouve pas facilement à boire dans la rue. Il habite dans le désert et il y trouve plus facilement à boire que dans la rue de la ville ? Ben oui, mon bonhomme, parce qu’il n’a pas d’argent pour aller au bar. Moi je trouve normal de donner 2€ pour un café, lui, il ne comprend pas qu’on paye un verre d’eau

      Pierre R.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s