22 commentaires sur “Le retour du poète de l’hiver

  1. Si Pierre harcèle Marcel c’est pour l’étincelle du ciel et il y excelle (bon c’est nul j’arrête, après tout le poète c’est pas moi dans l’affaire !).
    Vous avez des Cardinaux aussi au Québec ? Mâââzette !

    • RV

      Je dois dire que vous me connaissez bien. L’étincelle du ciel m’a foudroyé tant j’ai adoré particulièrement cette photo. J’aurais aimé l’avoir prise. Marcel est un magicien de l’image.

      😉

      Pierre R.

  2. Pierre

    Quelle beauté. Ce lieu est paradisiaque et je suis admirative devant les chefs-d’œuvre que la nature a créés.
    Il doit faire bon vivre dans ce joli petit chalet et en apprécier le calme.

    Un grand merci et toutes mes félicitations à votre ami Marcel pour ses photos sublimes qui me font rêver.

    Merci Pierre.

    • Denise

      Il est magnifique, ne trouvez-vous pas? Blotti au creux des grands arbres et des géants de la nature, il me semble que j’aimerais bien y vivre quelques jours. Un endroit idéal pour se refaire une santé 😉

      Pierre R.

  3. Bonjour Pierre et bonjour aux lecteurs,

    Je vais jouer au trouble fête quitte à décevoir et je prie de m’en excuser d’avance.
    Les photos que j’ai préféré sont celles qui prennent place de la 3ème à la 5ème place. Pourquoi?
    Mes photos de neige sont celles qui prennent le plus de place dans ma photothèque avec celles de l’automne.
    Les photos doivent raconter une histoire.
    J’essaye de le faire très souvent sans parfois réussir.
    Le sujet de la neige est le plus facile et le plus compliqué des sujets.
    La neige chez nous c’est relativement rare (sauf cette fin d’année). Au Canada, dans un pays qui n’est pas un pays, mais l’hiver, ce l’est moins.
    Photographier l’hiver est simple parce que tout est beau, gaufré par la neige. Difficile de faire ressortir ce silence en photos que l’on connait dans les villes.
    Alors, commence le repérage, se baisser quand il faut.
    Difficile parce que dans notre civilisation de tout rapide, tout, tout de suite, fait qu’on ne reconnait que les moments les plus pénibles. Tout devient inconvénients. Ce que n’éprouve pas encore les enfants.
    Difficile d’être original, de sortir de la carte postale, de ne pas faire une photo dites « touristique ».
    Rappelez-vous mon dernier billet sur les soldes, celui sur la fête des surréalismes. Je disais dans celui-là qu’il falalit être jour « hyper-réaliste ».
    Mon billet sur les soldes, j’ai aimé l’écrire parce que c’était du témoignages. J’y ai ajouté de nouvelles photos pour exprimer ce que je ressens.

    • L’enfoiré

      Vous avez raison : le sujet de la neige est le plus facile et le plus compliqué des sujets.

      Je crois que Marcel a su éviter avec maestria la photo carte-postale pour nous livrer un témoignage des grands espaces d’hiver que le Québec sait donner à ses habitants. Nous qui vivons dans ce Québec hivernal, nous pouvons juger à leur mérite ces espaces et dénicher des lieux communs touristiques la perle rare de l’œil du magicien photographe. Et à mes yeux, Marcel est un de ces magiciens qui sait nous éblouir avec la simplicité de son objectif et la candeur de son sens créatif. Rien n’est artificiel dans son approche. Et je sais le soin que met Marcel à soigner ses cadrages pour mettre en relief et magnifier son sujet. Et je vous rejoins encore lorsque vous écrivez : les photos sont très belles, évidemment
      🙂

      Pierre R.

  4. @ l’enfoiré
    Beaucoup de chose ont l’air facile, jusqu’à ce qu’on essai.
    Le photographe n’est rien d’autre qu’un témoin, et il doit faire preuve d’humilité en le reconnaissant. Tous les plus grand photographes diront qu’ils ont souvent été chanceux d’être au bon endroit au bon moment.
    Trouver le coup d’oeil hors de l’ordinaire, que ce soit en campagne ou en ville, pour moi c’est pareil.
    Vous pouvez peut-être penser que des paysages comme ca il y en a à tout les cents pas au Québec, mais c’est pas le cas. Trouver un endroit non souillé par l’homme tient du miracle même dans les grands espaces.
    Celui qui habite la ville tous les jours trouve plus facile d’être émerveillé en campagne, alors que celui habitant la campagne trouve plus facile d’être émerveillé en ville.
    c’est le coup du rat des champs et rat des villes

    • Ras-le-bol,
      Cela fait à peu près 50 ans que pour moi l’image soit cinématographique (au départ), photographique (dans les 30 dernières) m’a toujours accompagné avec presque toutes les étapes intermédiaires (un texte qui devait vous en dire plus).
      Cela pour dire que j’ai passé le stade de la « belle photo », celle qui fait rêver.
      Le bleu de la mer, le blanc de la neige, le noir du clair de lune, je connais. La photo de « bobonne & co » devant elles je ne connais plus depuis longtemps.
      Aujourd’hui, avec le numérique, on n’a jamais fait autant de photographies.
      C’est tout à fait vrai que la meilleure technique ne pourra jamais apporter de bonnes images.
      Que cela soit au Québec, ou ailleurs, les bonnes photos sont possibles, bien au contraire. Il suffit parfois d’un angle particulier, une lumière rasante unique.
      Mon appareil me suit presque partout dans mes déplacements. Pas question d’attendre les moments propices, vacances et autres…
      Mes appareils ont toujours été amortis avant de passer à la trappe.
      Je n’ai jamais investi dans la technologie, je l’ai toujours utilisé avant qu’elle ne devienne obsolète.
      Ça aussi je le dis dans mon billet mentionné plus haut.
      Le rat des villes rencontre chez moi, le rat des champs, sans même s’en rendre compte.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s