10 commentaires sur “La vie

  1. en suis très proche de vos méditations – et trouve que pour un manque d »inspiration c’est pas mal !
    de plus, bien entendu, vos photos et la nature sont belles, tout simplement

  2. Universellement (merci pour ce partage – répondre ici est limité), ces réflexions et méditations bousculent et génèrent beaucoup de pensées . Être en relation nous relie à la vie et la solitude (non l’isolement) fait partie intégrante de l’homme. Et je reprends ici une de mes devises « Il n’y a pas d’arrivée, il y a seulement le mouvement d’apprendre – et c’est la beauté de la vie. » Jiddu Krishnamurti.

  3. Tous grands penseurs et philosophes qu’ils soient, rien ne vaut notre propre vision des choses. Merci de partager la vôtre qui s’arrime à mes quelques atomes crochus 😉

  4. Tel un labyrinthe
    La vie est semblable à un gigantesque labyrinthe. Notre mental permet de l’explorer de l’intérieur, n’offrant qu’une vision restreinte et infime de la totalité. Nous pouvons rester là, tapis dans notre coin à observer et juger les autres qu’y s’y déplacent sans même comprendre où ils vont et ce qu’ils vivent, sans accepter qu’il y a de multiples façons de se déplacer dans un labyrinthe et que chaque itinéraire est riche en apprentissage, même s’il demande parfois de revenir sur son chemin pour en prendre un autre. Ce regard limité sur la vie amène à lui seul au jugement et au sentiment de détenir LA vérité, qui n’est en fait qu’un point de vue parmi une infinité d’autres.
    (André Baechier)
    Mais il est possible également de l’explorer dans sa troisième dimension avec le regard du coeur, qui alors nous élève et nous amène à survoler le labyrinthe. Nous le découvrons alors dans son ensemble et dans sa perfection. Tout devient plus clair, il prend un sens et toute notion de jugement disparaît. Comment aurait-on encore envie de juger une telle perfection ? Le labyrinthe n’est plus une fin en soi, un but absolu, mais fait partie d’un univers plus vaste, il est une étape, une expérience initiatique. Il n’a plus rien de tortueux et ses multiples dessins/desseins nous inspirent profondément. Le regard du coeur nous élève et dans le coeur il n’y a jamais d’impasse.

  5. « La vie », c’est vivre comme on le sent au fond de nous. Avec des envies d’être entourés parfois et d’autres fois, rechercher un peu de solitude ou tout simplement d’admirer autour de nous et de laisser vagabonder notre esprit.
    Merci Pierre pour ce beau partage de vos mots et de photos 😉

  6. « Viser l’imperfection et l’atteindre », oui, ce serait encore plus triste (on peut toujours s’imaginer dans votre poche pendant que vous marchez, et pensifs comme vous l’êtes).

  7. Là, Pierre, vous posez des questions existentielles et philosophiques.
    Qu’est-ce que la vie? Tellement de réponses personnelles disponibles.

    Alors comme toujours, je me retourne vers des sources.
    Wiki dit « La vie est un phénomène caractérisant l’état dynamique ou latent d’unités complexes auto-organisées et homéostatiques de la matière (organismes vivants), possédant éventuellement une capacité de duplication et d’évolution étendue à l’ensemble des êtres vivants. C’est aussi une notion empirique importante pour les humains émotionnellement sensibles, cependant difficile à expliquer et circonscrire en une définition (cf. infra).
    On oppose au phénomène vivant la notion de mort, de matière inerte, voire brute. »

    Pas beaucoup de vie apprente dans vos photos, cette fois.
    En apparence. Il suffit maintenant de se pencher, d’aller plus près, d’utiliser la touche macro de votre appareil et là la vie apparait.

  8. Chers amis

    Je suis touché par la profondeur de vos commentaires. Je vous remercie. À l’occasion, je transcende le simple observateur que je prétends être de ma ville pour proposer des pistes de réflexions qui me tiennent à cœur et à l’égard desquelles je m’interroge. Et je puise dans la sagesse de chacun d’entre vous plus qu’il n’y paraît. Merci

  9. La vie. Oh la vie.

    Tant qu’il y aurait à dire sur la vie. Nos vies. Celles que nous avons subie quelques haï de toutes nos désespérances et puis, aimé. Au détour d’un printemps. D’un sourire fragile d’un enfant qui passe. D’une brise. D’un envol d’un oiseau. D’un chant de la mer. A al fin du jour. Lorsque que les étoiles viennent murmurer des songes au soleil qui s’endors.

    La vie. Oh la vie. Celle dont on se souvient. Qu’on regard avec tristesse quelquefois avec nostalgie en donnant de l’éclat aux couleurs ternes de nos souvenirs. Et qu’on se raconte. En enjolivant quelquefois un peu. Juste un peu. Si peu. Pour quelques pincés de tendresse.

    Amitiés

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s