17 commentaires sur “Francis Fontaine, un jeune peintre hors du commun

  1. Moi comme Brigitte, pour les deux premières. Pierre mécène, une corde de plus à son arc. Incroyable, l’énergie de ce bonhomme ! Vous carburez donc à quoi Pierre ? Donnez votre secret au monde ! 🙂

      • J’espère que l’artiste saura trier les appréciations. Il y a d’autres façons de dire que l’on n’aime pas, sans être méprisant à ce point.

    • Inapproprié et mesquin. Peut-être.
      J’ai eu une artiste dans ma famille. Elle peignait sur de la porcelaine et pas sur toile. Quand le travail était terminé, cela allait dans le four. Si le four était « inapproprié et mesquin », il faisait sauter la porcelaine et tout était à recommencer.
      Je suis toujours là pour applaudir et encourager de jeunes artistes, mais ils doivent se dire que l’originalité n’est pas gratuite, qu’elle se doit d’être unique, non téléphoné et ne pas exister dès qu’on ouvre la première fenêtre de tous les ordinateurs.
      J’ai écrit un article sur Cézane, lui aussi a été incompris jusqu’à la fin de sa vie. Aujourd’hui, ce sont des peintures qui valent leur pesant d’or.
      Alors, je vous laisse découvrir quelle est la différence.
      Non, rvjeanney, je n’ai pas dit que je n’aime pas, j’ai exactement le même genre de fonds d’écran sur mon ordi.
      Est-ce dire que je vais applaudir Bill Gates pour ses fonds d’écran?
      N’avez-vous jamais reçu de notes négatives d’un de vos fans?
      Me suis-je bien fait comprendre?

      • Examinons le 1er commentaire « ah oui j’aime beaucoup – (et curieusement surtout les deux premières et la dernière série) – la matière qui se fait spirituelle »
        Que représente les deux premières et la dernière série?
        Une précision s’impose

  2. « Très chère originalité » écrivais-je un jour.
    La peinture n’en était qu’un aspect.
    Le mot « chère » n’avait aucun lien avec l’argent.
    J’ai fait mon service militaire (il y a bien longtemps) avec un autre milicien artiste.
    Lui, c’était du dessin à l’encre de chine. Il avait aussi un thème: des chateaux forts. C’était de véritables oeuvres d’art.
    Mais à force, d’en voir, sortir de sa plume, je me suis dit « C’est pour quand qu’il va se décider à changer de thème? ».
    Je n’étais pas le seul à le penser mais en n’osant pas le lui dire.
    Depuis, j’ai vécu dans le monde dur de la vie.
    Je ne suis pas sûr d’avoir eu raison à l’époque.

  3. « Francis Fontaine réalise ses toiles à partir de l’observation d’exemples quotidiens d’abstraction (tôle rouillée tordue, affiche délavée arrachée, buée sur vitre, rouille sur ciment etc…). »

    Je lui conseillerais de créer des œuvres de sculptures, des objets en 3D. Ce sera plus adapté avec l’idée.
    « Le Musée royal d’art moderne de Bruxelles conserve des œuvres de la fin du 18ème siècle jusqu’à la période contemporaine : peintures, sculptures et dessins. Il se situe dans la continuation logique de l’évolution artistique qui débute au le musée d’art ancien voisin. »
    C’est dire que les oeuvres modernes ça nous connait un peu.
    .

  4. -Est-ce des fonds d’écran de Windows 8? (L’enfoiré)

    … assez moyen comme commentaire m. L’enfoiré du genre « un enfant aurait mieux fait « lorsqu’un anARTphabète se retrouve devant une œuvre abstraite (Isa B)

    -Que représentent les deux premières et la dernière série? Une précision s’impose (L’enfoiré)

    …exemples quotidiens d’abstraction (tôle rouillée tordue, affiche délavée arrachée, buée sur vitre, rouille sur ciment etc). J’étais au vernissage de Francis et il y avait un homme près de moi qui expliquait à son fils que c`était de l`abstraction et qu’il pouvait y voir ce qu’il voulait et ils ont passé un bon moment. Ils se sont donné la liberté d’en faire une lecture personnelle.

    Qu’est-ce que l’art veut dire ou doit dire? tout et rien. Duchamp a permis à l`art de prendre la forme qu’il voulait bien prendre. Parfois on a besoin d’être bousculé, questionné et parfois une œuvre nous touche parce qu’elle fait écho à quelque chose d’inexplicable en nous. Il y a quelques années, j’étais au Moma à New York devant une œuvre de Clyfford Still et je me suis effondrée
    devant la beauté de cette œuvre. Je connaissais pourtant déjà l’artiste sans plus d’intérêt mais de me retrouver dans le même espace que cette œuvre était tout autre chose que de la voire EN PHOTO dans un livre ou sur un écran d’ordi. Et croyez- moi, on peut aimer ou non le travail de Francis mais son œuvre est mille fois plus riche en couleurs, en nuances, en transparences, en compositions que n`importe quel de vos fonds d’écrans. Il est vrai que je ne vous connais pas M. L’enfoiré, je n’ai nul doute à croire que vous êtes quelqu’un de brillant (j’ai été quelques fois sur votre blogue) mais je crois que ce qui vous fait défaut, c’est votre intelligence émotionnelle et qui fait peut-être en sorte que vous ne soyez pas habileté à juger de toutes les formes d’art qui existent (Isa B).

  5. L’art naît dans la douleur, dit-on. Je suis heureux que Francis ait pris cette initiative d’exposer à Montréal ses œuvres. Et je reste convaincu que Francis est appelé à une brillante carrière. Déjà récipiendaire d’un des Prix Kingston de Toronto, Francis a, par son exposition solo, su attirer également l’attention de galéristes et vendu quatre toiles sur 22 exposées. Je l’en félicite. Plus de cinq cent soixante dix personnes ont visité cette rubrique jusqu’à ce jour.

  6. Bonjour L’enfoiré

    même si je n’aime pas particulièrement ce tableau, je me permets de vous répondre, en espérant ne pas me faire taper sur la tête, en déposant ici un extrait d’un texte, que me semble assez intéressant.

    « …
    Cette œuvre est l’incarnation de la question majeure de la vie et de l’art : c’est l’existentialisme, le cri de l’homme devant la condition humaine. Je pense que le sujet en lui-même est porteur de tout ce qu’il y a de plus fort dans la démarche d’un artiste. Il est porteur d’une symbolique, de ce qui fait la force de l’homme et son mystère. Le sujet du « Cri » est de toutes les époques et Sartre ne l’aurait pas renié.

    Ce qui fait l’importance d’une œuvre d’art, que ce soit un morceau de musique, une sculpture ou un tableau, c’est l’universel, le fait qu’elle touche tous les hommes, quelles que soient leurs conditions, leurs époques ou leurs situations. C’est le cas du « Cri ».
    … »

  7. Merci Pierre de donner une place aux œuvres contemporaines et de nous permettre ainsi de découvrir des artistes qu’on n’aurait sans doute pas croisés autrement.

    Je crois que la richesse du regard de chaque artiste ne réside pas forcément dans celui qu’il a posé sur son œuvre mais dans tous ces regards qu’il a su éveiller à travers son œuvre.

    A bientôt, l’ami.

    Et puis un grand merci de votre présence. Infiniment.

  8. Pingback: Bloguer ou ne pas bloguer » The Queen and the Dodo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s