13 commentaires sur “Dans un parc, à l’ombre, il y a la voix d’Émile qui murmure

  1. honte à moi, je ne connaissais pas Émile Nellligan (ni Octave Crémazie)
    chance à moi, j’ai découvert Émile Nelligan
    merci à vous (et les photos sont belles, mais ça on est habitué)

  2. En lisant le titre, je crus d’abord à une promenade en compagnie de l’Emile de Rousseau. Je découvre un poète bien sombre que je ne connaissais pas du tout et d’un romantisme destructeur.

  3. Émile Nelligan et son « Ah! Comme la neige a neigé » et le Carré St Louis ne font qu’un car il demeurait tout près je pense sur la rue Laval.
    C’est un poète que j’aime beaucoup car il a exprimé sa douleur (qui en le récitant devient aussi notre douleur)avec une telle poésie qu’elle semble être presque supportable sur le rythme de ses vers.

  4. Votre billet est merveilleux Pierre au travers de vos superbes photos et des mots d’Emile Nelligan. J’avais déjà lu quelques uns de ses mots mais pas tout.
    Ce parc ombragé est magnifique et rafraîchissant. Je vous souhaite un bon samedi!

  5. Pingback: Bloguer ou ne pas bloguer » Love, Joy and Coral

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s