27 commentaires sur “Ce n’est pas un adieu…

  1. Par contre, moi, Pierre, ça ne fait pas longtemps que je reçois tes blogs et je veux te dire comment j’ai adoré ça. J’ai bien hâte que tu reviennes comme ça, c’est comme si tu me rendais visite à la maison. Je ne te dis pas adieu mais plutôt au revoir et à la prochaine ou plutôt a+. Merci beaucoup Pierre!

  2. Chère Pierre, j’ai découvert votre blog par un search sur Montréal. Ça fait un an et un mois maintenant que je vous suis et depuis ce temps, chaque jour j’ai tellement hâte de vous lire! Vous écrivez avec une telle sagesse et vos photos sont magnifiques! Un gros merci énorme pour tous ces merveilleux billets, de découverte en découverte sur cette superbe ville qu’est Montréal! Vous savez, c’est un peu à cause de vous et de notre chère Denise si aujourd’hui j’ai un blog, c’est là que j’ai eu le gout de m’essayer sans trop savoir ou m’en aller et voilà maintenant un an et quelques jours que mon blog a vu le jour… Vous allez nous manquer mais parfois nous avons besoin d’une pause, je suis bien contente que ceci ne soit pas un adieu, mais qu’un au revoir! Comme je vous l’ai déjà offert, si jamais vous voulez vous balader un peu dans mon coin, ce sera un grand plaisir de vous recevoir! Encore une fois, un énorme merci! Prenez bien soin de vous! Je vous envoie plein de gros câlins tout doux, très sincèrement, Maria-Lina

  3. Je recevais depuis quelques semaines vos magnifiques photos et les beaux textes qui les accompagnaient. C’est avec un immense plaisir que j’ouvrais vos envois. Un grand merci. Prenez soin de vous. Bonne chance dans vos nouvelles entreprises.

  4. Je viens juste de vous rejoindre !!! en vous lisant chaque jour chez Brigetoun et curieuse de vos articles , un peu déçue mais vous retrouverai ailleurs
    Merci A bientôt Arlette

  5. oh punaise le gars il a compté ses 13.096 commentaires à la main ! Trop fort ! 🙂 Bon Pierre, vous savez combien je vous aime et vous soutient, quoi que vous décidiez de faire… alors… ^^

  6. J’étais venue regarder ces merveilleuses chutes tout récemment, et j’ai suivi les photos lors de mes visites, en restant dans l’ombre. Je suis heureuse d’apprendre une si longue longévité pour un blog, et surtout du nombre de photos. Je dois dire que les habitants de cette province m’en apprenent beaucoup et découvrir par la photo une région en donne une excellente dimension. Je ne pense pas être inscrite depuis très longtemps à ce blog. J’ai oublié. A 62 ans, mes neurones me lâchent petit à petit. Il reste le regard sur ma ville, celle d’adoption.
    Je comprends cet éloignement. Je garde sur mon blog et dans les photographes, le lien vers celui-ci, surtout pour moi-même. Il y a tant à découvrir, et via la tablette, pour regarder, c’est facile. !
    A très bientôt, si un jour le coeur vous en dit. Ou bonne route sur les nouveaux chemins à découvrir.
    L’object, le regard du poète et de son coeur. Vous avez beaucoup de talent, je ne suis qu’amateur et débute dans ce domaine.
    Dans le cas où vous souhaiteriez publier certaines de vos photos où puis-je vous retrouver.
    J’ai un compte filamots chez facebook où je ne vais que pour la photo du mois, un groupe fermé, où j’ai appris à voir des tas d’endroits dans cette province où lorsque j’étais jeune femme j’avais eu envie de m’installer.
    Bonne route et gardons les projets, ce sont eux qui nous font avancer. J’ai bien aimé la citation belge que je ne connaissais pas et la photo est très symbolique. (suis ex-bruxelloise) d’où ma remarque 🙂
    Au gré des hasards d’internet et des routes sinueuses et si belles.
    Amicalement;
    Filamots-Geneviève

  7. Votre blog où se déployaient chaque jour vos réflexions, vos promenades, vos lectures et vos images
    a rendu un bel hommage aux  » Beautés de Montréal » et de ses alentours.
    Je quitte avec tristesse ce lien qui faisait partie de mes bonheurs quotidiens.
    D’un clic il s’effacera mais ne s’oubliera pas si facilement .
    Merci Maître Pierre, comme il faisait bon dans votre maison… 😉

  8. Juste comme je commence à mieux utiliser le bidule et démêler tous les fils conducteurs…je te souhaite plein de rebondissements dans l’univers de la photo. Au plaisir de nous recroiser

  9. Bonjour Pierre… comment vous dire! Je suis triste bien sûr car chaque jour était un grand bonheur de vous visiter et d’admirer vos magnifiques photos de Montréal que vous avez sillonné de long et en large. Je garderais dans mon coeur vos magnifiques albums. Vous m’avez apportez tant de bonheur. Mais vous écrivez, « ce n’est pas un adieu… » alors mon coeur est plus léger.
    Je comprends aussi que vous souhaitez faire une pause. Parfois, c’est nécessaire. Cela ne m’empêchera pas de penser à vous et mon voeu est de vous suivre à nouveau…je l’espère!
    Merci de votre gentillesse, Pierre, de vos mots et de votre générosité.
    Prenez bien soin de vous, reposez-vous et profitez bien du printemps.
    Recevez, cher Pierre, mes amitiés les plus chaleureuses.

  10. Ah, émotions, coup au coeur, le mien. Merci pour m’avoir fait découvrir votre pays et finalement l’aimer par vos yeux. J’espère que vous viendrez ajouter des lignes au parchemin. Et dans le plaisir de vous lire, là ou là et encore là, puis là-bas…

  11. À vous toutes
    À vous tous

    Je vous remercie. D’abord de vos bons mots. Ensuite de vos encouragements. Je vous reviendrai sous peu avec un nouveau blogue. Plus simple. Plus libre. Plus improvisé. Sur de tout et de rien.

    Je vais me reposer quelques jours.

    Amitiés à tout un chacun et à très bientôt

    Pierre R

  12. Bonjour Pierre ,

    Tout d’abord , Un grand merci pour tout ce que tu m’as apporté par ton blog d’une richesse unique . Merci !

    C’est lors d’un tel départ qu’on s’aperçoit de la grande perte à vivre .
    Mais j’ai confiance que tu reviendras sous peu .

    En même temps , je te souhaite la santé et que tous tes projets se réalisent !

    Bien amicalement et à bientôt ,

    Éva

  13. Pierre, curieusement la note du jour sur mon blog (26/04) est une dédicace pour Toi et Olivier …je viens de lire et surtout, je suis de TOUT cœur avec toi, ce n’est pas toujours facile et je sais ce qu’il en est pour le vivre au quotidien ( nous n’avons sans doute pas le même âge) mais quoiqu’il en soit « ce n’est qu’un au-revoir » !
    Courage, tout ce que tu as pu nous offrir reste beau, fort, des échanges formidables, même si par exemple je ne commente pas toujours .
    Merci Pierre, j’espère que tu pourras voir que les hirondelles nous réunissent .
    Mes amitiés.

  14. le lien n’est pas coupé Pierre et d’ailleurs comment cela pourrait-il être. On s’est régalé à venir ici et je fais la promesse qui si les cafards traversent l’Atlantique, ils viendront saluer « l’ambassadeur de Montréal » en chair et en os. On t’embrasse et on garde le contact

    • Je trouve très bien: ambassadeur de montréal…et sans connaître Pierre, je soupçonne l’homme de se chercher de nouvelles aventures et peût-être que provoquer la situation, se révèlera bientôt la bonne voie à suivre?
      Qui sait ce que peut générer 3 lignes&3photos?

  15. Ohh !…

    C’est vrai qu’il y a la vie d’un côté… le virtuel de l’autre… et le partage au milieu…

    Merci pour tous ces partages du Québec, Pierre !!!…

    A bientôt chez vous, chez nous, à Montréal, à Paris ?!… voire en Provence ?!… mais à bientôt ^^

  16. Je tiens à vous dire que, grâce à vous, Montréal qui m’était inconnue se dévoilait peu à peu : photos au fil des saisons, ses deux visages, sa respiration… pour cela merci.
    Je tiens aussi à vous dire que toutes ces citations, extraits de textes, réflexions personnelles trouvaient un écho dans les nôtres…pour cela merci.
    Je tiens enfin à vous dire combien j’appréciais vos commentaires sensibles (je les ai conservés) et à l’écoute des lettres destinées à Colette, que j’agençais semaine après semaine…pour cela merci.
    Je vous dis tous les possibles qui restent encore dans ce mouvement d’apprendre qui est le vôtre et qu’il est bon de partager. J’attends donc votre nouveau blog avec impatience?
    Cantus et moi vous envoyons nos meilleures salutations. Si la Belgique vous tente, une porte vous est ouverte.

  17. non importa dove
    non importa quando
    non importa perché
    se i tempi della vita
    sono un sogno
    quel sogno attraversando
    fiumi di nuvole
    resterà in eterno.

    C’est avec enthousiasme que j’ai lu ces vos mots, je blog et néophyte me Montréal inconnu qui apprendront à connaître à travers des images montrant les visions d’une âme attentive et sensible, citation de Baricco, puis, un des auteurs plus contemporains italiani qui aiment m’amène encore plus dans les profondeurs de vos pensées, c’est à moi pour vous (Désolé mon mauvais francese)

    N’importe où
    N’importe quand
    Il n’est pas grave parce que
    Si les temps de vie
    have a dream
    cette traversée de rêve
    cours d’eau des nuages
    resteront à jamais.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s